Levé 6h pour Pisac, enfin c'est ce qu'on crois. Sur la route pour le pseudo terminal, on crois Fernando, le serveur du resto où on avant mangé hier. Il suis des études de tourisme à ses heures perdues et pars dans quelques minutes avec les collègues de classe pour visiter les ruines du sud pendant toute le journée. Il nous dit que son bus n'est pas plein et pour rentabiliser le voyage on est les bienvenues moyennant 20 soles (4€) par tête. Pour une balade qui nous aurait été facturée au moins $50 en agence on saute sur l'occasion en remettant Pisac a demain.
On aura donc le droit de visiter environ 4 ruines désertes, une eglise (appelée la sixteen du Péru) et un petit village de derrière les fagots avec 2 guides professionnels, les profs des marmots. Au village je teste un chicha locale à 30 centimes extraite d'une jarre de terre cuite. Quelques guepes mortes flottent à la surface, je les écarte conciencieusement. C'est le test ultime, si mon estomac resiste à ça, je ne serai pas jamais malade. Test réussi ! Superbe journée, des images plein la tête.
Le seul bemol de la journée c'est justement des marmots. Si leur date de naissance leur donne 18 ans en moyenne, le voyage en bus ressemble a un transport de collégiens en rute qui viennent de quitter leur maman chérie. Les boules kièse m'auront sauvé la vie.
Le plus drôle sera au retour quand le bus tombera en panne et qu'on se retrouvera dans le noir complet en raze campagne. Toute la marmaille se met a gemir et a chercher un portable pour apeller leur maman chérie qu'il vont être en retard. Fernando commence a raconter des histoire d'horreur pour faire craquer les gamins qui ne gémissent pas encore. En plus le bus est vraiment en rade et il faut attendre un nouveau bus en provenance de Cusco. C'était une bonne vengeance. Du coup on est bien en retard et plus question de dormir a pisac ce soir ni de faire du stop de nuit. Fernando nous offre le logis a cusco dans sa coloc de fou. Demain, c'est enfin le vrai départ pour cuzsco.