La journée la plus éprouvant du voyage je crois. Felix nous dépose sur une aire d'autoroute a 7h du matin dans un froid polaire. Après une bonne heure de galere a haranguer les voitures on se ren compte que ce gros malin de felix nous a deposé sur l'autoroute de Würzburg qui ne mene a Prague que après un echangeur ! C'est la looz qui s'annonce, elle nous guette.

On remonte a pied en traversant la ville pour se tendre a une entrée d'autoroute plus propice. Ca me marche pas, on essaye un autre endroit, pas mieux après un petit train de banlieu. Pas envie de repassent une nuit au Nüremberg malgré la beauté des lieux. On emploie les grands moyens en chopant un train pour une bourgade à 30 bornes de la ville, le long de la Autobahn pour la republique tcheque.



Arrivé là bas, l'echelle de la carte nous a trahi, c'est après une bonne heure de marche a travers la foret et les beaux paysages bavarois qu'on arrive enfin à l'entrée d'autoroute. On se fait prendre assez vite par un bon bucheron en route pour l'est. Il nous dépose un peu avant la frontière, là oú l'autoroute s'arrete. Ca sera un camioneur qui prendra le relai. On voulais aller à Plezen, lui va dans un ville à 100 bornes au sud, on part quand même, ça nous fera au moins passe la frontière. Il nous déposera près de Písek, une vilel fantome du sud Tcheque. Ca sera cette fois une bombe slave en route pour Pilsen qui nous ouvrira sa portière. J'aime ce pays où les 90-60-90 prennent des autostoppeurs, on doit inspirer confiance, je sais pas...

Ouf, on est presque sauvé. Il fait nuit, de la neige partout mais Prague est à moins de 200 bornes. D'ailleurs on se fera prendre assez vite par deux jeunes. On arrive a Prague vers 23h. VICTOIRE ! Cette fois nos contacts sur place sont des scouts qui louent leur local pour quelques couronnes.