Depart en métro pour l'ouest de la ville et les autoroutes pour l'Allemagne. Le terminus de la ligne donne sur un parking obscure et l'autoroute n'est pas a portée de vue. Un bus s'apprete a partir pour Plezen dans 10 min. Après une nuit sur le beton de chez Salvomir, on s'accorde ce petit confort... Avec tout le trajet prévu pour aujourdhui, 1h de bus ne seront pas de refus.

Plezen a beau etre la capitale de la biere, c'est aussi une des villes les plus moches que j'ai jamais vue... Bien sur le bus nous dépose du côté est de la ville. Ca nous permettra une traversée a pied de cette ville peuplée d'usine rouillées et de gens qui n'aiment pas les autostoppeurs. Une petite fraude en transport en commun nous amerera plus a l'est d'oú les gens ne nous prendront pas plus en stop. On continue donc a marcher le long d'une route sans fin, où les rares voitures qui passent sont lancées a toute blinde. De longs instants plus tard, on arrive a une station service où deux individus fort louches nous proposent leur banquette arriere. Alleluia !!! C'est le paradis, nos collegues vont vers Francfort. Passage en enfer sans transition. Dans le coffre une 40aine de cartouches de clopes de contrebande et à l'avant deux néerlandais fous lancés entre 180 et 200km/h sur les autoroutes allemandes. Ma vie défile en même temps que le paysage, adieux monde cruel... En 1h30 de frissons et de sueurs froides, nos collegues nous déposent sur une air d'autoroute avant l'echangeur pour descendre vers stuttgart. On est en vie et bien en avance sur le timing grace a ces fous du volant. Mais la chance prend une pause aussi. On restera peut etre 3h sur cette air d'autoroute a attendre un chauffeur pour stuttgart... Ca me permettra de le remettre en tête mes insultes en allemand. C'ets la looz totale il commence a faire nuit. On passe au racollage actif en allant voir les proprietaires des voitures immatriculées stuttgart. Ca sera bien plus tard qu'enfin une jeune allemande et ses copines nous emmenent a stuttgart, on les embrasse presque ! Il est 21h, on prend le train pour la bourgade où nos contacts habitent. Super accueil chez une famille où Alice était parti faire un échange dans sa jeunesse. Comme quoi ca sert ces échanges ! On a donc réussi, on est a mi-parcours entre Prague et Lyon.



N'aillant pas de carte de france, j'en dessine une du mieux que je peux pour pouvoir se reperer de l'autre coté du Rhin.